Sports et divertissement : le chemin le plus direct d’une marque vers la culture

Dans une ère émergente de sens et d’objectif pour les marques, presque tous les spécialistes du marketing qui essaient de suivre le rythme de la culture peuvent se sentir en retard. Les nouvelles pratiques établies en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE) tendent ainsi vers une véritable citoyenneté de marque.

Dans un récent sondage réalisé par l’institut Nielsen, 81 % des millennials attendent que leurs entreprises préférées fassent des déclarations publiques de citoyenneté. Et 70 % des jeunes de la génération Y sont plus susceptibles de choisir une marque plutôt qu’une autre si celle-ci fait preuve d’inclusion et de diversité en termes de promotions et d’offres.

Comment faire du sport et du divertissement à la fois un catalyseur et un amplificateur ? Trois stratégies se dégagent.

Développer l’activisme

Tout d’abord, devenez actif dans le changement en vivant stratégiquement dans les espaces qui alimentent simultanément la conversation sur la culture et le changement social. Toutes les causes et tous les besoins peuvent être soutenus grâce à votre implication dans le sport et le divertissement.

Concrètement, cela signifie faire plus que créer une « campagne de dons ». Soyez présent dans votre cause et travaillez dur pour avoir un impact significatif. Faites vivre vos efforts dans toute votre organisation en impliquant vos employés, clients et partenaires. Utilisez vos atouts de partenariat à fort impact pour sensibiliser à une cause et mettre en évidence comment chacun peut aider. Cela montre que vous sacrifiez les atouts traditionnels de la marque pour faire la différence.

Repenser les solutions basées sur l’impact

La pandémie de Covid-19 a clairement montré que les gens reconnaissent la différence entre l’intention et l’impact. Et si vous voulez avoir un impact, vous devez d’abord agir. N’attendez pas d’être populaire pour être contributeur. Bougez quand vous pouvez faire une différence, et cela signifie généralement faire ce qui n’a pas encore été fait. Il s’agit d’un risque stratégique, mais cette ère exige des dirigeants, et les dirigeants acceptent l’inconfort.

Fixez-vous un objectif audacieux sur la façon dont vous allez traiter la cause ou le problème. Faites en sorte que l’objectif soit indépendant de la façon dont il aide votre marque et votre entreprise. Il peut y avoir des domaines où vous mettez votre marque au second plan et la cause en premier, sacrifiant l’attribution précoce pour plus d’amplification et donc plus de succès pour aider à résoudre le problème. L’attribution à votre marque viendra plus tard, si vous êtes authentique dans votre mission et travaillez pour résoudre un besoin.

Avoir un plan pour obtenir la permission

Gagner la permission est une question de cohérence dans vos convictions et travaillez à tous les niveaux pour faire changer les choses. Travailler au niveau du parrainage pour se faire connaître ; montrer une raison d’être et un appel à l’action communautaire pour être compris ; puis, finalement, être aimé dans les communautés de base qui autorisent la connexion. Jetez un regard interne sur votre marque, son histoire, ses produits et ses services pour mieux vous concentrer sur les causes où les fans seront enclins à vous accorder la permission de fournir un soutien. 

Sachez qu’il faudra du temps pour obtenir l’autorisation des clients, et ils voudront savoir quels sont vos objectifs d’impact et voir de vrais résultats. Vous pouvez être aimé pour votre objectif, mais cela prendra vie grâce à l’action, et tout regard ou conversation sur les réseaux sociaux ou à table vous dira que la véritable action se produit sur les terrains, sur les scènes et dans nos expériences en direct changeantes. Pour les marques, cela signifie littéralement que crier depuis la ligne de touche n’est plus une option.

Sport expriences

Le projet de Super League européenne de football

Anciens joueurs, nouveaux ambassadeurs : quand les légendes du football reprennent du service

Zoom sur la Gamification dans le sport : du virtuel à la réalité

Plus d'actus